À la question "L'architecture bruxelloise manque-t-elle d'ambition? ", le chef du service bruxellois Développement urbain ne tergiverse pas: "Oui". "Le traumatisme remonte à l'époque de la démolition de la Maison du Peuple de Horta, au phénomène de 'bruxellisation'", expose Benoît Périlleux. "On observe depuis lors une grande frilosité des responsables à accepter des projets contemporains."

C'est notamment pour contrer cette frilosité que "be.exempleray" entend soutenir un développement urbain "innovant", qui répond à quatre types de défis: architecturaux, sociaux, environnementaux et d'économie circulaire, en utilisant par exemple des matériaux durables ou recyclés. Divisé en deux catégories, le concours dispose d'une enveloppe de 5,2 millions d'euros de subsides.

La première catégorie, celle des "petits projets" s'adresse spécifiquement aux particuliers. Le budget alloué a été doublé par rapport à 2017 et peut désormais grimper jusqu'à 200 euros/m². La Région espère ainsi encourager davantage d'initiateurs privés à se présenter, avec une certaine tolérance quant à la composante sociale, plus difficile à appréhender pour les projets de moindre envergure.

La deuxième catégorie regroupe pour sa part tous les autres projets, publics ou privés, avec une aide plafonnée à 125 euros/m². Toutes les affectations (logements, écoles, centres sportifs, etc.) sont éligibles à condition que le chantier n'ait pas démarré avant l'annonce des lauréats (décembre 2018).

Le projet de "cohousing" dans le futur quartier durable Tivoli, à Laeken, avait ainsi été primé parmi sept autres vainqueurs lors de l'édition précédente, tandis que l'extension de la piscine de la VUB (dotée notamment d'un bassin à fond mobile) avait séduit le jury de l'édition 2016.

Les participants ont jusqu'au 29 juin pour introduire leur candidature auprès de Bruxelles Urbanisme et Patrimoine.